I N T E R V I E W

JORRDEE
Libre-chanteur

PHOTOS : RICHARD BANROQUES
STYLISME : OPIE WOOD (SHOES UP)
TEXTE : VALENTIN CASSUTO

Read in English

Jorrdee est un producteur/chanteur difficile à cerner. Son honnêteté se déguise en nonchalance, sa spontanéité brouille les pistes et sa modestie en deviendrait presque prétentieuse. Autant de paradoxes qui le rendent fascinant. Rencontre avec un super artiste, humain avant tout pour parler musique, religion et internet.

Ta mère est comorienne et musulmane. Ton père était martiniquais et juif. De ton côté, tu as fait du catéchisme, puis suivi un enseignement religieux dans une école coranique et tu es circoncis. Comment as-tu vécu cette double culture à la fois religieuse et ethnique ?

C’est compliqué de t’expliquer sans en faire trop. C’est con. Je l’ai bien vécu mais j’étais tiraillé dans tous les sens comme Drake, à la fois juif et noir. Quand tu es avec les blancs tu es trop noir et quand tu es avec les noirs tu es trop blanc. C’est la même chose pour les afro-américains juifs. Du côté de mon père, ils étaient plus libres par rapport à ça mais ils faisaient quand même quelques railleries sur la religion musulmane. Du côté de ma mère et de ma grand-mère c’était « Toi tu as déjà mangé du porc, tu as fait du catéchisme, c’est bizarre !”. On parle du racisme en France par rapport aux blancs et aux noirs, aux juifs face aux arabes, mais au final, il y a du racisme partout. C’est peut-être con à dire mais, pour moi, ces comportements sont humains, chacun fait sa vie. Tous les gens qui détestent d’autres personnes ont avant tout un problème avec eux-mêmes.

Alejandro Jodorowsky a récemment parlé de religion dans une interview de Mouloud Achour pour Clique. Il parlait du bouddhisme et d’un sage qui disait : « Je ne crois pas en Dieu. Je le connais car il est en moi ». Qu’en penses-tu ?

Je pense que le hasard n’existe pas. Dans la vie, tu peux faire des choses pour avancer mais si le destin ne veut pas que tu avances, il faut l’accepter. Tu remplaces le destin par dieu et voilà. Je laisse ma vie suivre son cours.

Tu te considères chrétien ou musulman ?

Ça m’arrive de faire des prières mais pas forcément dans une église ou sur un tapis de prière, juste le fait d’en parler c’est personnel. Il n’y a pas un nom dessus, je suis croyant et c’est tout. Tu me poses une question comme celle que ma famille me pose depuis que je suis petit.

Comment as-tu vécu
les attentats de Paris ?

Je ne vais pas pleurer sur le sort des gens qui sont ici ou ailleurs. Des attentats, il y en a partout. C’est peut-être égoïste mais tant que ça ne touche pas les gens de ma famille, je m’en fous. Ces choses-là arrivent depuis la nuit des temps. Si ça ne t’arrive pas à toi, pourquoi en faire des tonnes ? C’est une sensation que tu n’as jamais vécue donc tu te sens obligé de pousser le truc, de ressentir une fausse tristesse ? Je trouve ça bizarre. Moi si je meurs demain, je n’ai pas envie que des gens qui ne me connaissent pas s’apitoient sur mon sort alors que je ne les ai jamais connu, que je ne leur ai même jamais serré la main. Récemment, il y a un rappeur d’Atlanta qui est décédé (NDLR : Shawty Lo). Ils ont filmé son enterrement où tout le monde prenait des selfies avec le mec dans son cercueil. C’est dingue. Les gens sont morts, laisse-les tranquilles.

Ta mère écoutait plutôt de la variété, ton père du zouk, du dancehall et du rap, comment cela a-t-il influencé ta manière de faire de la musique ?

Je me sens libre. Je ne me prive pas de chanter ou d’utiliser l’auto-tune par exemple. Avant il y avait ce fondement presque immuable que le rappeur ne devait pas chanter ou, à la rigueur, il chantonnait avec une voix grave comme Wallen et Rohff. Maintenant c’est le contraire, les rappeurs ne chantent plus qu’avec un vocodeur, moi inclus. Mais personnellement, j’ai toujours chanté. Mes premiers sons étaient très dance hall et parfois R&B. J’ai plus de facilités à poser des textes chantés que de rapper technique avec des tonnes de multi-syllabiques. Au final, je ne me considère pas comme un rappeur. J’ai grandi avec le rap mais je ne pense pas que ça va rester dans ma musique, c’est plus un passe-temps.

Tu as commencé à produire des sons au collège, dans ta chambre ou avec tes potes ?

À partir du moment où j’ai commencé à enregistrer, j’ai toujours évolué avec des groupes. Le copain de ma mère m’avait acheté un ordinateur avec un logiciel pour construire des maisons en 3D, c’était cool. À l’époque, j’étais à fond sur le jeu Def Jam Rapstar, un karaoké hip-hop et puis j’ai commencé à installer des logiciels pour faire du son. De mémoire, ce jeu était très populaire, je me demande si je suis le seul à avoir commencé comme ça.

667, LTRTRT, LT RT Klan, Ligue des Ombres, ça fait beaucoup de crews. Tu peux nous aider ?

Les quatre que tu viens de citer sont la même chose. C’est comme toi, tu as ton prénom, et pleins de surnoms ou pseudonymes. Entre nous on fait ça, Jorrdee, Deejor, Guy George. Au départ, c’est juste une blague et puis ça finit par rester. C’est la vie. C’est le destin qui s’écrit.

Pourquoi avoir fait appel à Kevin Elamrani-Lince sur le clip de ton morceau Coller au rythme ?

Kevin est très propre dans ce qu’il fait. Il a la fibre. Quand on bossait, il était super actif. Quand je le vois bosser, je me vois moi entrain de faire du son. Il est aussi chiant que moi dans le sens où il se bat pour ses idées, il sait pourquoi il fait ce qu’il fait à chaque moment où il le fait. Je préfère les gens comme ça, même si ça ne m’empêche d’avoir mon mot à dire parce que c’est mon image qui est en jeu. C’est donnant-donnant.

Tu penses quoi d’Internet ?

Internet fait autant peur qu’il aide. C’est un putain de luxe mais j’ai peur qu’on finisse tous sur une chaise comme dans Matrix, où tu es sur ton ordi, tu cours mais rien n’est réel. L’angoisse. Après, je ne suis pas un mec qui consomme beaucoup sur Internet et les médias. Je préfère donner de ma créativité plutôt que de prendre celle des autres. Sur Internet, c’est comme quand tu marches dans la rue, il y a plein d’informations qui viennent à toi sans pour autant que tu les cherches donc moi je laisse venir.

COAT & PANTS Drône Paris
SNEAKERS Puma x MCQ

“ Quand tu es avec les blancs tu es trop noir et quand tu es avec les noirs tu es trop blanc. ”

Tu vas voter en 2017 ?

Non. L’essentiel c’est de faire ce qui est bon pour toi à un moment donné. Règle les problèmes que tu as avant de faire quoique ce soit. Je crois en moi et moi-même, c’est déjà pas mal.

Si tu avais un superpouvoir ?

Je serais trop modeste pour avoir un superpouvoir. Mais j’en ai un déjà en plus : ma musique. Il faut juste en prendre conscience.

As-tu un modèle de sneakers préféré ? Une marque préférée ?

Je fais un peu n’importe quoi. Aujourd’hui, les gens fabulent beaucoup sur les fringues mais c’est n’importe quoi, comme Kanye West et ses t-shirts de clochards, c’est du foutage de gueule. Le sac Jean Paul Gaultier que je porte est à ma mère qui travaille au Printemps et je lui ai emprunté parce que je le trouvais cool mais ça ne veut pas dire que je suis une fashion victime qui achète des marques tout le temps. Du moment que je suis confortable, ça me va.

Le morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?

« Don’t touch my hair » de Solange.

SORTIE DE SON PROCHAIN ALBUM PRÉVUE POUR FÉVRIER 2017
SOUNCLOUD.COM/JORRDEE

Abonnez-vous à
la newsletter de SHOES UP !

Recevez, une fois par semaine, une sélection des meilleures infos de SHOES UP, les coulisses de la rédactions, des concours exclusifs, etc.