Vous lisez :

Nike SB présente une paire signée Nyjah Huston

Partagez sur :

Nike SB

footwear

Posté par Mélodie Raymond - 1 mars 2018

Nike SB présente une paire signée Nyjah Huston

Si trois places sont déjà sur le podium des personnes ayant un modèle signature chez Nike SB – Eric Koston, Paul Rodriguez, Stefan Janoski – c’est au tour de Nyjah Huston, l’enfant prodige du skate d’entrer dans l’histoire de la marque au swoosh.

Élaborée avec minutie depuis deux ans, cette sneaker en caoutchouc fin a été conçue pour satisfaire les besoins des amoureux de la planche. Les découpes latérales permettent une bonne respirabilité tandis que la semelle extérieure est dotée d’un nouveau motif trois étoiles facilitant l’adhérence et la flexibilité. Nyjah Huston, qui a mit beaucoup d’énergie pour penser cette sneaker de qualité précise :

Les deux aspects les plus importants pour moi étaient un assouplissement immédiat et la longévité, car j’aime que mes chaussures durent longtemps. L’avant de la chaussure devait être fin et proche du pied, afin d’assurer un meilleur contact avec le pied et la planche. La chaussure doit donner une impression d’usure, mais continuer à assurer un bon mouvement et une bonne sensation sur la planche. Plus personne ne veut d’une chaussure rigide, épaisse et encombrante.

Rendez-vous chez les revendeurs de Nike ou sur le site internet à partir du 1er mars pour mettre la main sur la Nike SB Nyjah.

Vous lisez :

Atelier New Regime, marée orange

Partagez sur :

AtelierNewRegime

shops

Posté par Mélodie Raymond - 1 mars 2018

Atelier New Regime, marée orange

Située dans l’effervescent quartier St-Henri au cœur de Montréal, Atelier New Regime s’impose comme une marque locale incontournable. Koku, Gidas et Setiz, les trois fondateurs ont réussi à créer non seulement une identité forte mais aussi une esthétique léchée que l’on retrouve dans tous leurs designs. Une marque qui deviendra, à coup sûr, une véritable institution.

TEXTE SHOES UP Team

 

 

Vous êtes trois derrière Atelier New Regime. Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Setiz a commencé la marque comme un projet passionnant en 2009. Néanmoins, voulant se developper, il s’est allié avec Koku qui était un graphiste autodidacte. Témoin de ces rencontres créatives, Gidas, le frère de Koku, s’est rapidement rendu compte que l’entrepreneuriat était sa vocation. Il est donc venu se greffer avec sa fraîcheur, sa passion et son énergie à la composition de l’équipe que vous voyez aujourd’hui.

Comment vous répartissez-vous les rôles ?
Comme la plupart des entrepreneurs, nous sommes tous des couteaux suisses. Cependant, on se réparti bien entendu nos rôles en fonction de nos points forts et de nos compétences.

D’où êtes-vous originaires ?
Koku et Gidas sont originaires du Togo et Setiz est d’origine iranienne.

 

AtelierNewRegime

 

Quelles sont vos inspirations ?
Nous sommes tout simplement inspirés par notre quotidien et nos vies. Cela inclut les hauts et les bas.

Vous avez travaillé sur des chaussures inspiration montagne en collaboration avec Lugz NYC. Est-ce la première fois que vous vous unissez à une marque de chaussures ?
Oui, Lugz était notre première collaboration chaussures ! C’était une bonne opportunité pour nous de créer un sentiment nostalgique avec une marque qui a énormément d’histoire.

Si vous deviez bosser sur une sneaker, avec quelle marque et sur quel modèle aimeriez-vous le faire ?
Nous avons récemment fait équipe avec Puma pour collaborer sur une collection footwear et vêtements qui sortira à l’automne 2018. Nous avons travaillé sur plusieurs silhouettes iconiques tout comme sur quelques pieces plus contemporaines.

Comment se porte le streetwear à Montréal ?
Montréal est une ville qui déborde de gens créatifs. De la jeunesse aux gros entrepreneurs de la ville, beaucoup de gens géniaux contribuent à l’épanouissement de la scène du streetwear.

 

AtelierNewRegime

 

Le design de votre magasin est tape à l’œil et mémorable. Qui a eu l’idée de mettre en avant cette puissante couleur orange dans l’ADN de votre marque ?
Nous voulions créer un endroit où l’on pourrait se sentir comme chez nous et que ce lieu soit une destination incontournable dans la ville. La couleur orange faisant déjà partie de notre image de marque, nous avons décidé en équipe de faire en sorte que la couleur s’affirme encore plus en l’utilisant partout dans notre magasin : des murs aux meubles en passant par les vitrines. Un peu intimidant à l’extérieur mais chaleureux à l’intérieur !

Parlez-nous de votre dernière collaboration avec Riccardo Cavolo.
En tant qu’artistes, nous avons longtemps cru que nous avions la responsabilité de raconter une histoire et d’inspirer à travers notre art. Notre collaboration s’appelait «Le Changement». La collection consistait à revenir au noyau dur, à qui nous sommes vraiment en tant qu’êtres humains. Une sorte d’ effort collectif pour se tourner vers des objectifs qui rassemblent plutôt que vers des aspirations individualistes. Fidèle à son travail, Cavolo a utilisé la symbolique des animaux pour transmettre ce message. Un message d’amour, de liberté, de fraternité et d’acceptation.

Naturellement, le hip-hop est exprimé à travers votre marque et certains acteurs de cette scène portent du Atelier New Regime. Nous pensons par exemple à Rihanna ou encore 50Cent. Envisageriez-vous de collaborer avec des artistes issus de la musique ?
Bien entendu, nous aimerions beaucoup. Les artistes ont leurs propres histoires à raconter et être capable de raconter ces histoires et de créer quelque chose ensemble est toujours passionnant. En ce qui concerne les artistes, nous travaillons actuellement avec quelques personnes sur des collections capsules, mais nous préférons vous les montrer bientôt plutôt que de vous le dire !

Quels sont vos projets ?
Notre collaboration avec Puma est clairement la chose que nous attendons avec impatience. Une première publication est également prévue en 2018, à côté de nouveaux projets avec différents artistes. En attendant, en tant que marque, le plan est de continuer à raconter des histoires à travers notre métier et de créer des expériences percutantes.

Aimeriez-vous vous étendre en Europe ?
Nous avons déjà quelques relations et grâce à internet, nous sommes déjà en mesure de traverser les océans. Cependant, comme nous ne nous reposons pas sur nos acquis, nous prévoyons, dans un futur proche, de renforcer la notoriété de notre marque à travers l’Europe.

 

AtelierNewRegime

Vous lisez :

Nelick : frais comme un Candy Up, vitaminé comme un kiwi

Partagez sur :

NELICK_TIMBERLAND_HERO NEWS

music

Posté par Mélodie Raymond - 1 mars 2018

Nelick : frais comme un Candy Up, vitaminé comme un kiwi

Les couleurs chaudes, Nelick les porte aussi bien dans sa garde robe que dans sa musique. Du haut de ses 20 ans, le visage innocent, le rappeur originaire de Champigny-sur-Marne se fait un nom chez les nouveaux arrivants du rap français. Repéré au côté de Lord Esperanza avec qui il forme le duo Pala$$, Nelick prend maintenant son envol en solo en dévoilant son projet rafraîchissant KiwiBunnyTape. Rencontre.

 

La première personne qui te fait écouter du rap, Us pour être exacte, c’est ta maman. C’est plutôt atypique.
Ouais carrément, c’était un peu à la mode je pense lorsqu’elle me faisait écouter du rap US, des albums d’Eminem et 50Cent donc oui c’est elle qui m’a fait découvrir cet univers.

Quels étaient tes premiers coups de cœur rap français ?
J’en ai eu deux. Le premier, c’était AP du 113 avec Jimi Sissoko qui s’appelait Je suis libre, c’est mon cousin qui m’a fait découvrir, c’était vraiment trop lourd et le second, c’était Rohff, Rap Game, je kiffais de ouf.

 

Nelickxtimberland
SWEAT: Poyz and Pirlz   JACKET: Stone Island   PANTS: Stone Island    SNEAKERS: Timberland Flyroam Go Knitted Oxford

 

Quand tu commences à t’y mettre sérieusement, c’est avec le 16 de la semaine. C’était quoi précisément ?
Le 16 de la semaine, c’était un groupe facebook et tous les samedis midi, ils mettaient une prod sur le groupe et il fallait rendre un clip le jeudi midi. On avait donc un thème imposé pour le texte à écrire. Du coup, j’en ai fait énormément et ça m’a permis d’écrire sur n’importe quelle prod et sur n’importe quel thème. Parfois on avait des thèmes égo-trip méchant alors que j’avais 13 ans et que je n’étais pas du tout méchant ! (rires) C’était super marrant et enrichissant. Je pense que c’est ce qui m’a permis d’être là où j’en suis et c’est ce qui m’a le plus aidé.

D’où te vient cette obsession des Kiwis ?
J’adore ça. Au lycée, au collège, je passais mon temps à manger des kiwis et mes potes se foutaient de ma gueule. Je sais pas, ce fruit est trop stylé, si tu l’analyses, tu te rends compte que c’est une boule de poil, que c’est super moche et que tu n’as pas du tout envie de manger ça !

 

 

Tu as fait tes armes avec Pala$$. Comment rencontres-tu Lord Esperanza ?
On s’est rencontré chez un beatmaker qui s’appelle Eyal Hacman. On a fait un freestyle pour l’occasion avec beaucoup de rappeurs. On a bien accroché, j’aimais la manière dont il rappait et c’était réciproque. On s’est revu et je n’avais aucun ami qui rappait donc c’était l’occasion de proposer à quelqu’un de faire des Open Mics et des petits concerts, c’était trop cool. Je ne sais même pas comment ça s’est décidé mais Lord Esperanza aime bien acter les choses donc il m’a proposé de faire un groupe et de trouver un nom.

Ton premier projet solo KiwiBunnyTape est sorti il y a peu. Comment l’as-tu conçu ?
À la base, le projet devait sortir sur Soundcloud et puis finalement j’ai décidé de faire quelque chose de plus sérieux. Les sons étaient là depuis longtemps mais j’ai mit du temps à retravailler le projet pour offrir quelque chose de qualité. Je parle de qualité sonore comme visuelle et qu’elles me correspondent.

 

Nelickxtimberland
JACKET: Samsoe&Samsoe   CREWNECK: Samsoe&Samsoe   JEANS: Cheap Monday   SOCKS: Uniqlo   SNEAKERS: Timberland Flyroam Go Knitted Oxford

 

Un hommage à Candy Up, c’est un hommage à l’enfance ?
Carrément, c’est ultra nostalgique. Quand j’étais petit, il y avait toujours du Candy Up chez ma grand-mère et ça me rendait ouf. Rien que le package, la paille, je trouve ça très esthétique et encore aujourd’hui, le Candy Up, j’en bois tous les matins.

 Il y a quelque chose d’à la fois innocent et de très joyeux dans ton projet. Est-ce que c’est un projet qui représente bien ta personnalité ?
Oui je pense. Je ne me crée pas de personnage qui ne me correspond pas du tout. Après on retrouve des sons comme 10 décembre ou Candy Up qui sont très différents car évidemment j’ai plusieurs facettes dans ma personnalité mais je pense que ces côtés joyeux et innocent me correspondent bien, mes amis me voient un peu comme ça.

 

Nelick---Kiwibunnylove-(LIVE)

 

Pour parler mode, tu portes une panoplie de marques comme Andrea Crews, Supreme, Lacoste. La dernière pièce mode qui t’a fait kiffer ?
Là je suis sur une chaussure qui est une paire super ancienne, la Air Max 360. Et en termes de sapes, c’est vrai que j’aime beaucoup le délire Andrea Crews. C’est grâce à mon photographe qui est très talentueux et qui s’habille super bien que j’ai découvert cette marque et leur collaboration avec Sergio Tacchini est vraiment lourde.

En chaussures, tu portes pas mal de marques aussi. Si je te dis Timberland, qu’est-ce que ça t’évoque ?
C’est une marque qui a une évolution intéressante même si ça me fait surtout penser qu’elle a vraiment marqué le hip-hop aux Etats-Unis dans les années 80-90. À l’époque tous les rappeurs en portaient et encore aujourd’hui, ils ont des vrais classiques.

Comment définis-tu ton style ?
Ça dépend vraiment des situations. Quand je suis sur scène par exemple, je me permets de porter des pièces très extravagantes, je me sens plus libre d’oser et les gens kiffent. J’aime mettre beaucoup de couleur, je n’aime pas trop les gens qui s’habillent tout en noir.

 

Nelickxtimberland

IG : @kiwibunnylove2022
FB : @Nelick2022
Kiwibunnytape disponible ici