Vous lisez :

Interview : Siboy lève le masque

Partagez sur :

Scroll to discover

Siboy Lève le masque

Text
Melow
Photos
Richard Banroques
Style
Opie Wood
Originaire du Congo, Siboy quitte le pays avec sa famille pour rejoindre la France à 7 ans avec un statut de réfugié politique. Depuis, celui que l’on ne connaît que comme l’homme cagoulé de Mulhouse a parcouru du chemin et est désormais signé sur le label 92i. Après trois ans de morceaux balancés sur la toile, il se livre sur son premier opus Spécial.
Hoodie: Gri Gri
Sneakers: Air Jordan 12
Accessories Siboy9,99€ Spécial J'achète

Penses-tu que la violence de ta musique est liée à ton parcours éprouvant ?

En soit ce sont plutôt mes parents qui ont fui la guerre, moi j’étais très jeune à l’époque. Je pense que mon parcours impacte inconsciemment sur ma musique. Je ne recherche pas vraiment cette violence, c’est étonnant mais les instrus me poussent à donner cette énergie sombre. C’est effectivement très noir comme la guerre.

Tu as commencé en tant que beatmaker, était-ce juste pour t’amuser au départ ?

Oui un jour je suis tombé sur un site où on pouvait faire des instrus assez facilement. A partir de là, j’ai vraiment kiffé le fait de pouvoir créer quelque chose. La création m’a frappée, ça a commencé avec des instrus et ça a évolué années après années. Aujourd’hui, cela remonte à près de 10 ans.

Tes prods étaient-elles déjà très sombres ?

Oui j’étais très influencé par le rap américain. J’écoutais beaucoup de Dirty South, Three 6 Mafia notamment, du coup mes prods étaient déjà dans cet esprit.

Je ne recherche pas vraiment cette violence mais les instrus me poussent à donner cette énergie sombre
Bien sûr la cagoule me donne un air méchant mais je suis un mec qui aime rire

Y a-t-il des sons que tu as produit sur Spécial ?

Non car les instrus que je recevais étaient déjà super bonnes. Du coup, je ne voulais pas utiliser mes prods juste pour les placer.

Tu as fait appel à de nombreux beatmakers pour cet opus, il y en a même qui ont travaillé en collaboration. Comment les connexions se sont faites avec eux et même entre eux ?

Je n’ai mis personne en lien, certains bossaient déjà ensemble et il y en a que j’ai découvert sur YouTube. Je tapais des mots clés comme « Siboy type beat », tu sais le mec égocentrique. (rires) En écoutant ceux qui pensaient à moi en créant leurs instrus, je sélectionnais ceux qui avaient compris ce que je voulais. Notamment Pacha Production. Les autres, je les ai rencontrés au studio.

Booba est-il un bon mentor ?

Oui, il donne vraiment son avis, il m’a beaucoup conseillé sur certains morceaux, tu sens qu’il a l’expérience et que ses conseils sont toujours bons à prendre. Franchement, il est derrière nous, après il y a des jours où il est moins là, mais c’est normal, il a aussi son business.

Je kiffe bien mon personnage et puis je ne pense pas assumer le fait que les gens me reconnaissent dans la rue, ça me met mal à l’aise.

On a déjà rencontré Shay et Damso du label 92i. D’ailleurs, on te retrouve sur Mobali avec Benash et Damso. Avoir des univers différents vous rend-il complémentaires ?

C’est toujours enrichissant. Tu vois leur manière de travailler et tu te rends compte qu’il n’y a pas qu’une seule manière de faire, il faut trouver la manière où tu es le plus à l’aise pour bosser. Ecouter d’autres sonorités ça ouvre l’esprit, ça pousse toujours plus loin. Au sujet de la complémentarité, c’est le cas, on ne fait pas la même chose. Chacun apporte quelque chose d’unique dans son couplet.

Quand on évoque Siboy, on pense « rap hardcore ». Pourtant cet album est parfois doux et chanté…

J’ai du mal à me ranger dans une catégorie alors quand les gens le font je me dis que c’est dommage car je ne me réduis pas qu’à ça. Pour moi, la musique sert à véhiculer mon énergie et elle n’est pas toujours négative. Dans la vie de tous les jours, j’ai beaucoup d’énergie positive que j’ai envie de partager, mais c’est plus facile de faire l’inverse dans ma musique.

Ta cagoule te donne des airs de gangster mais tu fais tellement preuve de second degré que ça rend le personnage sympathique. Est-ce un double jeu que tu aimes entretenir ?

Je suis comme tout le monde ! Bien sûr la cagoule me donne un air méchant mais je suis un mec qui aime rire, taquiner ! La cagoule est juste un masque, c’est comme si je mettais un bonnet, c’est mon bonnet en fait ! (rires)

Outfit: Nid de Guêpes Studio
Tee: Nike
Sneakers: Supreme x Nike Air More Uptempo

Penses-tu que cette cagoule qui a entretenu le mystère qui plane autour de toi a aidé au succès ?

Je n’en sais rien, ça a peut-être contribué. Je pense que c’est un tout, si je n’avais pas eu ce petit côté décalé peut-être que ça n’aurait pas pris.

J’ai lu que tu as un fils. Est-ce qu’il sait que papa est un super héros qui enfile le masque pour aller bosser ?

Non, il ne sait pas, j’ai un studio dans ma chambre qui est collé à l‘autre chambre et du coup, il m’entend des fois quand je rappe, il sait déjà dire « au revoir, merci » tu vois ! (rires) Je pense qu’il commence à deviner !

Dans une interview, tu as dit à propos de ta cagoule « je la conserve pour le moment, elle fait partie de mon identité ». Est-ce que ça sous-entend qu’un jour, tu pourrais te dévoiler ?

Pourquoi pas, j’y pense, mais pour l’instant, le meilleur choix c’est de la garder. Je kiffe bien mon personnage et puis je ne pense pas assumer le fait que les gens me reconnaissent dans la rue, ça me met mal à l’aise.

Jacket: Wrangler X Peter Max
Sneakers: Air Jordan 12

Est-ce que ça t’arrive de faire de subtiles allusions à ton identité dans tes textes ?

Carrément ! Je ne vais pas tout te dévoiler, mais je lâche des indices dans mes ambiances à droite, à gauche.

Marabout Gang est devenue une marque de vêtements ?

Quand j’ai commencé, je me suis mis avec un associé, on a testé avec des graphistes pour les logos. Beaucoup ont kiffé les t-shirts, du coup on continue !

À quand une collaboration avec Unkut ?

Dès que possible, pourquoi pas. Ça a déjà été en discussion.

Es-tu branché sneakers ?

Je ne suis pas un spécialiste mais celles que j’ai vraiment aimé dernièrement ce sont les Uptempo Triple White. Et les Adidas Superstar, c’était une paire qui me rendait fou.

Siboy Lève le masque

Soif de street culture ?

Abonnez-vous à la newsletter de SHOES UP