Vous lisez :

Jordan s’allie au label parisien Maison Château Rouge

Partagez sur :

Air Jordan Maison Chateau Rouge

Posté par Mélodie Raymond - 21 October 2019

Jordan s’allie au label parisien Maison Château Rouge

Une nouvelle Air Jordan 1 Mid SE “Fearless” verra le jour à la fin du mois prochain, née d’une collaboration entre Jordan et la marque au patrimoine africain, Maison Château Rouge.

Air Jordan Maison Chateau Rouge

Dans le cadre de son programme de collaboration intitulé Fearless, Jordan s’est associé à différentes marques pour revisiter son emblématique modèle Air Jordan 1. C’est ainsi que les mois à venir verront éclore des modèles en association avec Ghetto Gastro, Blue the Great, FACETASM, Melody Ehsani CLOT, ainsi que le fameux label Maison Château Rouge.

Air Jordan Maison Chateau Rouge

La paire se pare donc de graphismes aux inspirations africaines tout en combinant des teintes crème, marron, jaune et bleu clair pour sa palette de couleurs. La silhouette inclue des détails cousus à la main pour honorer les racines de son fondateur Youssouf Fofana, ainsi que des coutures rouges sur les talons et les languettes.

Air Jordan Maison Chateau Rouge

La paire Maison Château Rouge x Air Jordan 1 Mid «Fearless» sera disponible dans certains magasins Jordan Brand et en ligne le 30 novembre au prix de 130€.

Vous lisez :

Kenzo et Palladium présentent leur audacieuse collaboration

Partagez sur :

Posté par Mélodie Raymond - 17 October 2019

Kenzo et Palladium présentent leur audacieuse collaboration

Il y a des nouvelles surprenantes comme ça, qui redonnent le sourire en une seconde : celle-ci en fait partie. Kenzo s’unit à Palladium sur deux modèles PALLASHOCK.

C’est à travers une large palette de couleurs que l’on pourra piocher cette collaboration inédite entre la maison Kenzo et la marque de footwear française Palladium. Et les urbains amateurs de couleurs pops n’auront aucun mal à se retrouver dans ces silhouettes audacieuses. Initialement dévoilée pour les explorateurs dans les années 50 par Palladium, la PALLASHOCK est aujourd’hui réinventée et modernisée pour 2019. Cette réédition lui apporte contemporanéité et rend hommage à la collaboration originelle entre ces deux maisons au tournant des années 80 et 90 sous la direction du fondateur de KENZO, Kenzo Takada.

Le PALLASHOCK by KENZO se décline ainsi en deux modèles, une boots et une sneaker low, accompagnés de logos vintages, qui rassemblent à la perfection les deux univers de marques. L’esthétique japonisante décalée de Kenzo épouse aussi bien le savoir-faire de Palladium que son identité rétro. En nylons et en nylons matelassés, parés des motifs emblématiques, les deux chaussures s’arment chacune d’une énorme semelle vintage en caoutchouc très largement inspirée du hiking. Que l’on mise sur le rose, le rouge, le vert ou le noir : on ne manquera pas d’oser ces paires pour pimper nos tenues.

La collaboration Palladium x Kenzo sera disponible dans les boutiques KENZO partout dans le monde, ainsi que dans les boutiques PALLADIUM, auprès d’une sélection de partenaires et sur kenzo.com à partir du 6 novembre 2019.

Vous lisez :

RETRO X dans le digi

Partagez sur :

SU_RETRO X HERO FULL NEWS

music

RETRO X dans le digi

Posté par Mélodie Raymond - 16 October 2019

Natif d’Île-de-France, Retro X multiplie depuis 2015 ses projets avant-gardistes, planants et mystérieux. Avec sa dernière mixtape 24, le rappeur propose un nouveau voyage dans l’univers codéiné qui lui est propre.

SU_RETRO X IMG FULL NEWS 2
Puffer jacket: The North Face
Sweat: Mélange
Shirt: Formy Studio
Pants: N.D.G
Socks: Stance
Sneakers: adidas ZX Torsion
Bag: N.D.G
Sunglasses: Dior (disponible chez Marc Le Bihan)

Découvert en 2015 avec son premier opus, Flamant Rose, Retro X fait partie de cette génération de SoundCloud rappers français, dont l’excentricité n’a d’égale que le flow. C’est en effet sur la plateforme de distribution audio qu’il a déposé ses premiers morceaux, tels des nuages vocaux, emplis de narcotiques. L’Ultradigi, ou Gianni pour les plus intimes, n’était pourtant pas voué à faire carrière dans la musique. « Quand j’étais petit, je voulais faire du foot. J’ai eu une vie comme tout le monde. » Entouré par les membres de Secteur Ä et proche depuis toujours de Nezis, l’originaire de Melun voit toutefois son destin le rattraper. « La musique est venue toute seule, c’était un délire avec mes potes. On avait envie de faire quelque chose de différent dans la ville et de s’amuser autrement. Petit à petit, c’est devenu une passion. » Comme il le fait pour toute chose qui le passionne, le jeune garçon se met alors au rap « à 100% ». Il enchaîne ainsi en 2017 et 2018 avec les sorties de Digi et Dig3 Heroes, pour enfin proposer cette année sa quatrième mixtape, 24. Composée de 20 titres allant de sons mélancoliques à d’autres plus dansants, l’œuvre est inspirée des expériences quotidiennes de Retro X. « J’essaie de dévoiler des choses personnelles en faisant des métaphores. Je parle aussi de ma vision de la société, de mon environnement. C’est une analyse de ma vie, une succession de sons que j’ai écrit à la maison. » À travers des tracks qui se suivent mais ne se ressemblent pas, le compositeur et interprète a progressivement réussi à créer son univers. Malgré certaines influences américaines, il invite ses auditeurs à l’évasion, dans sa galaxie bien à lui : l’emodrill. « L’emodrill c’est l’émotion mélangée à la drill. La drill c’est de la musique de Chicago, et l’émotion, tu sais déjà ce que c’est. »

SU_RETRO X IMG FULL NEWS 4

Si l’artiste tente ainsi de partager ses sentiments et de faire tomber le masque, il n’en reste pas moins énigmatique. « Je suis assez réservé. Je n’ai pas trop envie de m’étaler sur ma personne. C’est pour ça que je n’ai pas fait trop d’interviews. » Tant et si bien, que même sa pochette est un mystère. Lui qui avait pourtant interrogé ses abonnés sur sa signification, refuse aujourd’hui de la dévoiler. « Je ne peux pas le dire mais je suis sûr que les gens finiront par trouver. C’est quelque chose de très commun. J’aimerais bien qu’ils trouvent par eux même. » Les commentaires vont bon train, « astéroïde », « fumée » ou « meringue ». Comme sa musique, sa cover gravite dans le Digi et incite à la réflexion. Car en plus d’avoir créé son style musical, Retro a mis un mot sur son mode de vie. « Le Digi c’est notre lifestyle. C’est voyager, essayer de se débrouiller, rester soi-même, faire entrer de l’argent pour ceux qui comptent sur nous. Tous les gens qui ne savent pas où se placer dans l’industrie musicale et qui nous ressemblent ou qui s’identifient à nous peuvent venir dans le Digi. Le Digi, c’est notre île. » Un monde parallèle, où le jeune rappeur est lui-même et invite les autres à faire pareil. Cependant, si le Digi est un espace abstrait, on le retrouve dans un lieu bien plus concret : La Maison Blanch. Cette demeure musicale se veut être un berceau d’inspirations et de créations artistiques, communes et personnelles. « C’est l’endroit où on vit tous les jours, dans le 92, avec Mike, Nezis, Gizo, S.Boy, High Zen, Jorrdee, Lala, … Toute la grande famille. »

Et cette famille se soutient peu importe les projets : High Zen et SBoy à la prod, Gizo à La Maison Blanch et Nezis derrière la caméra. Ainsi, lorsque Vladic lance sa marque No Signal Studio, tous les membres du groupe se mettent à en porter. Car Gianni a lui aussi été du côté créateur et sait l’importance d’être entouré à la genèse d’une idée. 

En 2013, alors que le Parisien déménage à Toulouse, il décide de rendre hommage à la ville rose en créant Capitol. « C’est le nom de la place centrale de Toulouse. J’y ai pensé car, à Paris, il y avait Pigalle. » Au menu, « vêtements simples, que tu peux garder longtemps. » La recette fonctionne si bien que Retro X l’utilise aujourd’hui encore pour son merch, DGBE. « J’aime bien les habits utiles comme les hoodies et les bons jeans. Tous les trucs de bonne qualité qui tiennent, que tu peux mettre souvent sans les abîmer. »

SU_RETRO X IMG FULL NEWS

Puffer jacket: Fila
Shirt: Koché
Pants: Facetasm
Sneakers: Saucony Grid Web
Scarf: Fila
Sunglasses: Chloé
(disponible chez Marc Le Bihan)

Toutefois, comme dans sa musique, on retrouve l’influence Outre-Atlantique dans les looks du rappeur. Grillz, ensembles colorblock et brandés, boots XXL, le « Gucci boy » aime le luxe. « Je suis congolais, j’ai grandi dans les marques et les couleurs. » C’est pourtant en jean True Religion, veste Levi’s et Air Force One qu’il se sent le mieux. « J’aime être stylé, mais le best c’est les trucs où je suis à l’aise. Je mets des vêtements confortables car sur scène je mets le bordel. » Ainsi, s’il devait se remettre à travailler dans la mode, ça serait avec Puma qu’il s’associerait. « C’est une marque authentique. J’aime la porter. »

Néanmoins, Retro X a pour le moment d’autres projets en tête et cela n’est pas une priorité. « J’aime ça, mais pas au point de faire passer la mode avant la musique. » Le rap d’abord donc, car l’artiste prépare son premier album, enregistré entièrement en studio cette fois-ci. « Digi à fond pour une nouvelle édition ».

SU_RETRO X IMG FULL NEWS 3

Puffer jacket: Tommy Hilfiger
Knitted Sweater: Diesel
Pants: Facetasm
Shoes: New Rock M-TANK106-C3
Waistbag: Hype (disponible sur zalando.fr)
Sunglasses: Gucci (disponible chez Marc Le Bihan)