Vous lisez :

Ralph Lauren fait revivre sa ligne Polo Sport

Partagez sur :

POLOSPORT Denim et Silver

Posté par Erwan Helleux - 28 May 2019

Ralph Lauren fait revivre sa ligne Polo Sport

Ralph Lauren signe le retour de sa ligne iconique Polo Sport, avec deux capsules inédites : Polo Sport Denim et Polo Sport Silver.

Née en 1992, la ligne Polo Sport était à l’époque la première ligne sportswear lancée par une maison de mode. Une collection restée emblématique grâce à une esthétique sportive qui a su séduire la street et sa culture naissante. Si bien que dans les 90’s, nombre de rapppeurs portaient les pièces Polo Sport aussi bien sur scène que dans les clips. C’est à cette essence streetwear et sportwear que ces nouvelles capsules Denim et Silver rendent hommage.

Comme son nom l’indique, l’itération Denim de la ligne Polo Sport fait la part belle à la matière 100% coton. Un blue jean qui s’expose sur une casquette classique, une veste, un pantalon et un short boyfriend. Loin d’être ostentatoire, cette capsule propose une version casual-chic de l’esprit qu’incarne la ligne sportive. Un héritage qui s’illustre surtout par l’utilisation du logo historique de la ligne mêlant drapeau américain et branding Polo Sport.

Bien loin des standards rétro du denim, la capsule Polo Sport Silver propose, elle, une version presque futuriste du vestiaire sportif, imaginé par Raph Lauren. Si la gamme Denim était unisexe, cette version argentée est uniquement réservée aux hommes. De son héritage, cette collection limitée conserve des pièces comme la veste Polo ou le sac banane, mais elle propose surtout de nouveaux designs comme un pantalon en shell ou une veste sans manches. Les brandings et motifs n’ont pas changé, mais ils s’associent à des coloris rouge, bleu et surtout argent. Le tout dans un style rétro-futuriste où se mêlent traditions et inspirations techniques.

Les deux collections capsules Polo Sport Denim et Silver seront disponibles à la fin du mois de mai, sur le site de la marque, son application et dans ses boutiques.

Vous lisez :

EN IMAGES : SHOES UP 062 RELEASE PARTY X ZALANDO

Partagez sur :

RELEASE SHOESUP 62 HERO NEWS

events

EN IMAGES : SHOES UP 062 RELEASE PARTY X ZALANDO

Posté par Mélodie Raymond - 27 May 2019

Une fois de plus, les murs de l’imprimerie ont tremblé le jeudi 23 mai. La raison ? On fêtait, avec vous, la sortie du nouveau numéro du magazine.

Tout d’abord, un grand merci à Zalando de s’être allié à cette soirée exceptionnelle, forte en émotion. Un partenaire précieux avec qui nous avons pu collaborer pour vous offrir quelques long sleeve en édition limitée, s’inscrivant dans la forte tendance tribal décryptée dans ce numéro. Les plus vifs d’entre vous auront évidemment pu en profiter.

Une soirée également rythmée par la musique grâce à nos amis du toujours aussi talentueux collectif Good Dirty Sound, qui ont mis le feu pendant plus de 3h. Un immense merci également à l’explosif Slimka, venu de Suisse pour faire turn up la foule et nous offrir un live mémorable.

Nous ne manquons pas non plus de remercier notre partenaire boisson Carlsberg, sans qui nous serions tous morts de soif. Et plus que tout, merci à vous, les lecteurs, les curieux, les passionnés, les fous de pogos pour vos retours, votre bonne humeur, vos fits et vos réactions. On vous laisse profiter des photos et on vous invite à commander votre magazine, dès maintenant, juste ici.

Vous lisez :

Gracy Hopkins, libre à tout prix

Partagez sur :

Gracy Hopkins SHOES UP 061

music

Gracy Hopkins, libre à tout prix

Posté par Erwan Helleux - 27 May 2019

À travers une proposition artistique qui titube entre fiction et réalité, le parisien Gracy Hopkins déconstruit ses peurs et réalise une introspection aussi narrative qu’intense. À l’image du personnage principal de SPLIT, le chanteur a donné vie aux différentes versions de lui-même pour mieux s’accepter. Pour ce faire, si l’anglais s’est imposé comme une évidence, Gracy n’oublie pas de puiser au sein de son riche métissage culturel.

Gracy Hopkins SHOES UP 061

« Je me suis longuement cherché avant de me trouver humainement et artistiquement. Cette acceptation de soi est passée par l’arrivée de Gracy Hopkins. » confie le rappeur francilien. Une exploration intérieure qui transperce de part et d’autre les puissants Atychiphobia: The Higher High et For Everyone Around Rage [S01] mais également le court-métrage FEAR : Day 0. Première réalisation qui suit l’évolution tourmentée de Grizzly, personnalité majeure de Hopkins, qui lutte au cœur d’un monde oppressant, impitoyable. « Dans le court-métrage de FEAR, ce n’est pas de l’interprétation mais du vécu. À travers Grizzly, j’accentue certains de mes traits de caractère. » précise l’artiste, qui ne se voit pas encore acteur et n’imagine pas encore une échappée cinématographique. Pour autant, rien n’est laissé au hasard. « Je suis impliqué sur tout le processus créatif. Je supervise tout ce qui se fait et cela peut devenir un problème (rires). » explique-t-il quand sont évoquées ces avancées extra-musicales.

« L’ultra-large a toujours fait partie de ma vie »

Gracy Hopkins SHOES UP 061
Jacket: Stone Island
Pants: CP Company
Socks: Stance
Sneakers: Hummel EDMONTON 92
Bag: ANDREA CREWS
Sunglasses: HAPTER (disponible chez Bastille Optic)

« J’ai du mal à déléguer parce que j’ai besoin de travailler avec des per- sonnes qui partagent la même vision que moi. » poursuit Gracy Hopkins avant de revenir sur le rôle de Grizzly « Derrière lui, plein d’autres personnages se cachent et toutes ces intrigues vont se mettre en place (…) De même que mon évolution personnelle, seul le temps nous dira quelle direction Grizzly va prendre. » Une aspiration créative toujours plus exigeante et visuelle, comme le révèle le principal intéressé : « Dans le mini- film, si vous faîtes bien attention, je porte les mêmes couleurs que la voiture dans laquelle je suis. » Une réflexion qui théâtralise la musique scénarisée de Gracy et poétise émotions, sentiments, phobies, et qui rappelle l’esthétique du contemplatif Man. Co-réalisé par Lokmane et Lossapardo et sorti en octobre 2016, le clip présente un univers homogène, symétrique, où couleurs et perspectives se répondent, et s’avère être une référence pour le parisien.

« L’ultra-large a toujours fait partie de ma vie »

Gracy Hopkins SHOES UP 061
Jacket: CP Company
Sweat: Puma x SANKUANZ
Pants: Stone Island
Socks: Stance
Sneakers: Caterpillar INTRUDER SHOE
Bag: EASTPAK x RAF SIMONS
Sunglasses: MYKITA x DAMIR ROMA (disponible chez Bastille Optic)
Hat: LE FLOW Paris

Si la saison 2 de la série FEAR s’écrit à l’abri des regards, Gracy insiste sur l’authenticité et la sobriété de son imagerie, bien qu’il laisse la place à quelques extravagances. Alors qu’il avoue « vouloir collaborer avec Uniqlo » , l’artiste raconte être fasciné par les maisons de haute-couture Louis Vuitton et Chanel depuis enfant, sans oublier l’inévitable Nike. La mouvance oversize de New- York, symbolisée notamment par le Wu-Tang Clan et surtout l’insaisissable Ol’Dirty Bastard, est ensuite citée comme un incontournable : « L’ultra-large a toujours fait partie de ma vie » affirme Hopkins. Une autre obsession qu’il illustre en se référant à la veste Carhartt démesurée qu’arbore A$AP Ferg dans son clip Let It Go : quatre minutes qui tombent dans l’absurde lorsque les manches fantasques du Trap Lord se transforment en canons. Plus la conversation s’étend et plus la liste d’exemples s’allonge. Tandis que la créativité de Pharrell Williams et Kanye West est louée avec insistance, l’auteur de l’agressif Nyctophobia : Quiproquo souligne l’audace visionnaire de Michael Jackson, Prince, Rick James ou MC Hammer « Si j’avais les ressources nécessaires, j’adorerais porter les outfits de MJ ou Prince et rapper sur scène. » Une ambition scénique qui contraste avec l’imaginaire épuré de la griffe française True Vision, « La marque me plaît parce que les designs sont simples mais efficaces » observe Gracy.

Gracy Hopkins SHOES UP 061

Autant d’influences qui cohabitent à l’instar d’une musique plurielle. « Aujourd’hui quand je fais ma musique, je fais ce que j’aime. J’en ai strictement rien à faire du reste (…) J’ai la rage de réussir au sein d’un sytème qui ne me plaît pas, de dépasser mes propres limites. » déclare le chanteur. Symbole d’une liberté artistique presque absolue tant pour ses prouesses que ses récents faux-pas, le même Kanye West est alors invoqué pour appuyer ce propos. Une indépendance que Hopkins n’a pas immédiatement embrassée « Par le passé je savais ce que je ne voulais pas, désormais je sais ce que je veux aussi. Je sais exactement où je veux aller. » annonce-t-il, puis clame « Peu m’importe si je choque ou non. Oui je suis français et je chante en anglais, mais c’est la personne que je suis. Si tu aimes ce que je fais, tu peux me suivre, si tu n’aimes pas, ne me suis pas. J’ai accepté cette situation. » Après une année charnière, la suite de la série sonore devrait être repoussée au profit d’une approche plus personnelle en 2019.

« Une peur est faite pour être surmontée. »

« 2018 a été synonyme de remaniement artistique et personnel pour moi. Des portes se sont ouvertes par rapport à qui j’étais, où je voulais aller et les étapes se sont enchaînées plus aisément (…) J’ai également connu en parallèle une période difficile lors de laquelle j’ai sérieusement pensé à me détacher de la musique parce qu’elle me prenait trop de temps. Et j’ai compris que ce n’est pas la musique qui me construit mais bien moi qui fais de la musique. » relate le rappeur. Même s’il déplore « J’ai beaucoup d’échanges culturels et intellectuels avec de nombreuses personnalités du milieu de la musique, mais j’ai le sentiment d’être enfermé dans une case parce que je propose quelque chose de différent. Notamment cette barrière de la langue. »

Gracy Hopkins SHOES UP 061
Sweat: Kaporal
Pants: Uniqlo
Socks: Stance
Sneakers: Puma x SANKUANZ Cell Endura
Hat: Under Armour
Sunglasses: MYKITA STUDIO (disponible chez Bastile Optic)

Gracy Hopkins continuera d’écrire sa propre histoire, prêt à en payer le prix. « Même si mon éducation est basée sur la foi, qui est pour moi l’opposé de la peur, j’ai vécu différentes peurs dans ma vie. Par exemple la peur de l’échec, et elle m’a poussé à ne pas échouer. Une peur est faite pour être surmontée. » Un véritable électron libre.