Vous lisez :

RETRO X dans le digi

Partagez sur :

SU_RETRO X HERO FULL NEWS

music

RETRO X dans le digi

Posté par Mélodie Raymond - 16 October 2019

Natif d’Île-de-France, Retro X multiplie depuis 2015 ses projets avant-gardistes, planants et mystérieux. Avec sa dernière mixtape 24, le rappeur propose un nouveau voyage dans l’univers codéiné qui lui est propre.

SU_RETRO X IMG FULL NEWS 2
Puffer jacket: The North Face
Sweat: Mélange
Shirt: Formy Studio
Pants: N.D.G
Socks: Stance
Sneakers: adidas ZX Torsion
Bag: N.D.G
Sunglasses: Dior (disponible chez Marc Le Bihan)

Découvert en 2015 avec son premier opus, Flamant Rose, Retro X fait partie de cette génération de SoundCloud rappers français, dont l’excentricité n’a d’égale que le flow. C’est en effet sur la plateforme de distribution audio qu’il a déposé ses premiers morceaux, tels des nuages vocaux, emplis de narcotiques. L’Ultradigi, ou Gianni pour les plus intimes, n’était pourtant pas voué à faire carrière dans la musique. « Quand j’étais petit, je voulais faire du foot. J’ai eu une vie comme tout le monde. » Entouré par les membres de Secteur Ä et proche depuis toujours de Nezis, l’originaire de Melun voit toutefois son destin le rattraper. « La musique est venue toute seule, c’était un délire avec mes potes. On avait envie de faire quelque chose de différent dans la ville et de s’amuser autrement. Petit à petit, c’est devenu une passion. » Comme il le fait pour toute chose qui le passionne, le jeune garçon se met alors au rap « à 100% ». Il enchaîne ainsi en 2017 et 2018 avec les sorties de Digi et Dig3 Heroes, pour enfin proposer cette année sa quatrième mixtape, 24. Composée de 20 titres allant de sons mélancoliques à d’autres plus dansants, l’œuvre est inspirée des expériences quotidiennes de Retro X. « J’essaie de dévoiler des choses personnelles en faisant des métaphores. Je parle aussi de ma vision de la société, de mon environnement. C’est une analyse de ma vie, une succession de sons que j’ai écrit à la maison. » À travers des tracks qui se suivent mais ne se ressemblent pas, le compositeur et interprète a progressivement réussi à créer son univers. Malgré certaines influences américaines, il invite ses auditeurs à l’évasion, dans sa galaxie bien à lui : l’emodrill. « L’emodrill c’est l’émotion mélangée à la drill. La drill c’est de la musique de Chicago, et l’émotion, tu sais déjà ce que c’est. »

SU_RETRO X IMG FULL NEWS 4

Si l’artiste tente ainsi de partager ses sentiments et de faire tomber le masque, il n’en reste pas moins énigmatique. « Je suis assez réservé. Je n’ai pas trop envie de m’étaler sur ma personne. C’est pour ça que je n’ai pas fait trop d’interviews. » Tant et si bien, que même sa pochette est un mystère. Lui qui avait pourtant interrogé ses abonnés sur sa signification, refuse aujourd’hui de la dévoiler. « Je ne peux pas le dire mais je suis sûr que les gens finiront par trouver. C’est quelque chose de très commun. J’aimerais bien qu’ils trouvent par eux même. » Les commentaires vont bon train, « astéroïde », « fumée » ou « meringue ». Comme sa musique, sa cover gravite dans le Digi et incite à la réflexion. Car en plus d’avoir créé son style musical, Retro a mis un mot sur son mode de vie. « Le Digi c’est notre lifestyle. C’est voyager, essayer de se débrouiller, rester soi-même, faire entrer de l’argent pour ceux qui comptent sur nous. Tous les gens qui ne savent pas où se placer dans l’industrie musicale et qui nous ressemblent ou qui s’identifient à nous peuvent venir dans le Digi. Le Digi, c’est notre île. » Un monde parallèle, où le jeune rappeur est lui-même et invite les autres à faire pareil. Cependant, si le Digi est un espace abstrait, on le retrouve dans un lieu bien plus concret : La Maison Blanch. Cette demeure musicale se veut être un berceau d’inspirations et de créations artistiques, communes et personnelles. « C’est l’endroit où on vit tous les jours, dans le 92, avec Mike, Nezis, Gizo, S.Boy, High Zen, Jorrdee, Lala, … Toute la grande famille. »

Et cette famille se soutient peu importe les projets : High Zen et SBoy à la prod, Gizo à La Maison Blanch et Nezis derrière la caméra. Ainsi, lorsque Vladic lance sa marque No Signal Studio, tous les membres du groupe se mettent à en porter. Car Gianni a lui aussi été du côté créateur et sait l’importance d’être entouré à la genèse d’une idée. 

En 2013, alors que le Parisien déménage à Toulouse, il décide de rendre hommage à la ville rose en créant Capitol. « C’est le nom de la place centrale de Toulouse. J’y ai pensé car, à Paris, il y avait Pigalle. » Au menu, « vêtements simples, que tu peux garder longtemps. » La recette fonctionne si bien que Retro X l’utilise aujourd’hui encore pour son merch, DGBE. « J’aime bien les habits utiles comme les hoodies et les bons jeans. Tous les trucs de bonne qualité qui tiennent, que tu peux mettre souvent sans les abîmer. »

SU_RETRO X IMG FULL NEWS

Puffer jacket: Fila
Shirt: Koché
Pants: Facetasm
Sneakers: Saucony Grid Web
Scarf: Fila
Sunglasses: Chloé
(disponible chez Marc Le Bihan)

Toutefois, comme dans sa musique, on retrouve l’influence Outre-Atlantique dans les looks du rappeur. Grillz, ensembles colorblock et brandés, boots XXL, le « Gucci boy » aime le luxe. « Je suis congolais, j’ai grandi dans les marques et les couleurs. » C’est pourtant en jean True Religion, veste Levi’s et Air Force One qu’il se sent le mieux. « J’aime être stylé, mais le best c’est les trucs où je suis à l’aise. Je mets des vêtements confortables car sur scène je mets le bordel. » Ainsi, s’il devait se remettre à travailler dans la mode, ça serait avec Puma qu’il s’associerait. « C’est une marque authentique. J’aime la porter. »

Néanmoins, Retro X a pour le moment d’autres projets en tête et cela n’est pas une priorité. « J’aime ça, mais pas au point de faire passer la mode avant la musique. » Le rap d’abord donc, car l’artiste prépare son premier album, enregistré entièrement en studio cette fois-ci. « Digi à fond pour une nouvelle édition ».

SU_RETRO X IMG FULL NEWS 3

Puffer jacket: Tommy Hilfiger
Knitted Sweater: Diesel
Pants: Facetasm
Shoes: New Rock M-TANK106-C3
Waistbag: Hype (disponible sur zalando.fr)
Sunglasses: Gucci (disponible chez Marc Le Bihan)

Vous lisez :

Sneakernet : l’espace Zalando 100% sneakers évolue

Partagez sur :

sneakernet-zalando

Posté par Mélodie Raymond - 16 October 2019

Sneakernet : l’espace Zalando 100% sneakers évolue

Avis aux amateurs de sneakers : Zalando fait évoluer le Sneakernet, un espace répertoriant tous les modèles inscrits dans les plus grosses tendances urbaines.

Depuis quelques semaines, le shop en ligne Zalando offre à sa clientèle comme à tous les amateurs de sneakers une vitrine inédite baptisée le Sneakernet. Cette dernière met en avant les silhouettes les plus fortes de la saison avec une sélection de marques footwear variée et des coloris dans l’air du temps. Le shop met par ailleurs en avant ses lookbooks audacieux pour que chacun puise dans l’étendue des produits proposés.


Que l’on soit plutôt tendance néon, dad shoes, sneakers trail ou que l’on préfère tous les plus grands classiques : tout le monde trouvera aisément une paire sur laquelle craquer. On vous invite à découvrir l’espace complet par ici !

Vous lisez :

Back in town : Quand l’urbain prend l’west

Partagez sur :

WESTERN_HERO_FULL_SHOESUP

mode

Back in town : Quand l’urbain prend l’west

Posté par Mélodie Raymond - 15 October 2019

Franges, santiags, bandanas à cheval sur le visage ou autour du cou, chaps en cuir, total look denim, imprimés vache, grosse boucle de ceinture, chapeaux texans vissés sur les cranes… L’éternelle mode western fait son eldorado et on vous dit pourquoi c’est encore plus cool de l’adopter en 2019-2020.

katy Testa
Jacket: Levi’s
Body: Koché
Cyclist: Bershka
Socks: Stance
Sneakers: Asics Gel-Kinsei
Belt: Off-white
Sunglasses: Prada

Serait-ce vraiment vous apprendre une nouvelle si l’on vous disait que Lil Nas X, en plus d’avoir explosé les charts Billboard tout l’été, avait donné le ton côté tendance ? Évidemment que non.  Rien de bien étonnant donc de voir le rappeur country le plus en vogue aux États-Unis s’associer avec Wrangler en mai dernier pour une collection « Wrangler on my booty ». Succès fulgurant. Mais qui donc a décrété qu’adopter le look d’un éleveur de bétail bovin américain était tendance ? Certains citent la marque de cigarettes Marlboro comme étant le fer de lance du mouvement, suite à une publicité de 1954 instrumentalisant le cowboy pour séduire un consommateur masculin. Toujours étant que ce symbolique homme de l’Ouest est devenu une inspiration pour de nombreuses marques et s’est vu totalement réinterprété au fil des ans et des saisons. En 2012, Quentin Tarantino réalise ses plus gros chiffres au Box-Office avec plus de 400 000 millions d’entrées pour Django Unchained où Jamie Foxx s’empare du rôle principal. En référence à des films tels que Buck et son complice en 1972 ou encore à Boss Niger en 1975, Tarantino décompose le stéréotype du cowboy blanc, surjouant la virilité et manquant grotesquement d’élégance. Naturellement, la communauté afro-américaine revendique et politise cette culture du cowboy. Que ce soit quand Travis Scott, originaire de Houston, s’associe à la marque Maharishi pour une collection intitulée Year of the cowboy, quand Quavo se pare de tout l’attirail pour un shooting avec Wonderland magazine ou lorsque Tyga fait le show dans un saloon pour le clip de Goddamn. Solange Knowles, elle aussi originaire du Texas, dévoilait il y a peu le film de 33 minutes, When I get Home, dans lequel la chanteuse explore l’histoire, les origines et la place des femmes à travers un hommage aux cowboys noirs. L’an dernier aussi, le photographe Mohamed Bourovissa exposait au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris une série d’images retraçant l’utopie urbaine des cavaliers de Fletcher Street, dans le quartier défavorisé de Strawberry Mansion à Philadelphie. Le sujet a donc bien évidemment inspiré des marques. La campagne UNIFORM OF THE FREE de G-Star présente donc ce fameux Urban Riding Club de Philadelphie dans sa campagne pendant que le New-York Times dédie un article aux Compton Cowboys, eux même sollicités par Pyer Moss pour une campagne avec Reebok. Lorsque Etudes Studio s’associe avec Karl Kani, ce sont de nouveau des cavaliers urbains qui dévoilent la collection. Plus frappant encore, la marque Soji Solarin allait jusqu’à récemment floquer sa collection de messages comme « Negro Cowboy » ou « Black Rodeo ».

Arthur Johnson
Shirt: Koché
Polo: Louis Vuitton
Pants: Schott
Shoes: both boots Gao
Hat: Vintage
Sunglasses: Loewe
•••
Victor Johnson
Jacket: Carhartt WIP
Pants: Pretty Little Thing
Sneakers: Skechers Stamina
Hat: Rains
Jewelry: In Gold We Trust
Sunglasses: Oakley

Finalement, sait-on à peu près à quel moment ce retour en force du westwear s’est-il déroulé sur la planète mode ? Telle une tornade en janvier 2017, c’est sans surprise Raf Simons qui bouscule le catwalk avec sa déclaration d’amour à l’Amérique profonde, pour son premier show Calvin Klein. Les jeans aux coupes larges flirtent avec les bottes aux bouts argentés. Les chemises satinées aux empiècements contrastés épousent les pantalons en cuir. Et quand Raf le fait, l’audace est non seulement saluée mais elle sous-entend que le cowboy ne deviendra que plus cool encore. Pour FW18, la marque Kozaburo va jusqu’à japoniser les pièces, revisitant la chemise au motif bandana Paisley, le sombrero et le poncho mexicain (les premiers cowboys étaient des conquistadors espagnols du Nouveau Mexique appelés les Vaqueros au 16ème siècle). Chez GmbH Fall 19, les cowboys se la jouent futuristes. L’un des modèles porte un total look en jean pimenté par un print taches de peinture et terminé par une paire de lunettes orange aux accents running. La marque Acne Studios, pour Fall 19 encore, mise quant à elle sur le pull à frange et les pantalons en cuir ou en fourrure orange imprimé vachette. Virgil Abloh chez Louis Vuitton imagine de son côté un cowboy chic et oversize avec un chapeau aux multiples trous tandis qu’il pare l’homme Off-White FW19 de boots santiags estampillées « FOR WALKING ». Chez la marque Loewe, l’automne 2019 est fait de chaps en cuir oversize que l’on retrouve sur quasiment l’intégralité de la collection, se déclinant en jaune et en noir. La même saison, la subversive créatrice Martine Rose amorçait elle aussi cette esthétique avec ses outfits en jean. La femme est elle aussi touchée de plein fouet par le western look (et que celle qui n’a jamais chanté Can’t Fight the Moonlight du film Coyote Girls, chapeau sur la tête se manifeste, nous pouvons y remédier.) Qu’elle se la joue Santiags Tommy Hilfiger, chapeau Alberta Feretti, perfecto frangé Saint-Laurent ou telle une cowgirl futuriste Philipp Plein : il y a du choix à la pelle. Et ce ne sont pas Cardi B dans Thotiana et Lizzo dans son clip avec Missy Elliot Tempo qui vous diront le contraire.

Pour finir, sachez que SS20 a bien décidé d’attraper au lasso cette vibe western. Martine Rose nous le prouve une fois encore avec ses chemises recouvertes de fils et la marque chinoise Sankuanz livre une interprétation beaucoup plus punk : des clous et des motifs tribals s’apposent sur les denims. Du denim encore pour la jeune marque Casablanca qui ponctue ses ensembles d’imprimés colorfull aux inspirations mexicaines. Pour sa collection Resort 2020, Balmain propose un chapeau de sombrero en cuir surdimensionné puis une jacket et un poncho entièrement tressés conçus à la manière des tapis en osier. Chez Versace SS20, le motif Paisley s’invite sur des chemises en soie tie and dye alors que les franges et les cuirs vont bon train. Phipps, de son côté, la joue second degré : détournement du logo Philipp Moris sur un débardeur, bandana autour du coup et couvre-chef du travailleur de ranch. Moins surprenant mais très efficace, l’allure destroy et patchwork ne font qu’un dans le lookbook Greg Lauren SS20.

Si vous aussi, vous avez découvert inopinément les nouvelles stars de la country comme le gamin de onze ans qui valait 2 millions d’abonnés Instagram aka Manson Ramsay et surnommé Lil Hank Williams ou encore Orville Peck, sorte de Zoro 2.0, c’est que vous êtes définitivement dans le game. Et puisque vous avez tellement dansé sur le cultissime track Wild Wild West de Will Smith, bingé la série Westworld et flanché pour un total look denim de la marque Vetements en apercevant le cool kid Luka Sabbat à la sortie d’un show… sachez que le cowboy s’est, de toute évidence, imposé à vous comme LE maître des tendances.

WESTERN_SHOESUP_05