Vous lisez :

Le fils du DA d’Acne Studios présente la ligne sneakers SS18

Partagez sur :

Acne Studios

footwear

Posté par Mélodie Raymond - 28 mars 2018

Le fils du DA d’Acne Studios présente la ligne sneakers SS18

Dans une vidéo de campagne peps et vitaminée, la célèbre marque suédoise née en 1996, présente sa nouvelle ligne sneakers dans laquelle les silhouettes audacieuses se bousculent. Dans ce petit film d’une minute, on y découvre Tage Johansson, 11 ans, qui n’est autre le fils de Jonny Johansson, directeur créatif d’Acne Studios.

Pour cette saison Spring/Summer 2018, la marque aux inspirations vintage et colorées Acne Studios dévoile une collection originale parfaitement ancrée dans l’air du temps. Les sneakers, éléments clés des gammes Acne Studios, sont réinterprétées avec des éditions emblématiques. Nouveaux styles et coloris retravaillés, on retrouve les sneakers Chunky des années 90, les Manhattan et Rockaway surfant sur la tendance Dad shoes, les retros classiques Jimmy et Joriko, les baskets à scratch Steffrey et Perey, ou encore et la silhouette socks tricotées Batilda.

Dans un film de campagne poétique, Tage Johansson, avec son une imagination débordante, s’inspire des dessins de son père et apporte sa propre vision des silhouettes emblématiques de la griffe. « C’était vraiment amusant de découper les baskets, et presque aussi amusant de les réassembler. Mes créations sont cool – mieux que les originales de papa «  déclare t-il. Doit-on comprendre que la relève est assurée ?

La collection est dores et déjà disponible sur le site d’Acne Studios.

 

Vous lisez :

Kareem Kalokoh : Greek God

Partagez sur :

Kareem Kalokoh

music

Posté par Mélodie Raymond - 20 mars 2018

Kareem Kalokoh : Greek God

Si on vous disait que la Grèce regorge de talents ? Kareem Kalokoh, révélation rap de 24 ans, sera bientôt propulsé à vitesse grand V sur la scène européenne. Membre du collectif ATH KIDS cofondé avec Valentin Rivera, on a rencontré l’artiste qui met en lumière la jeunesse urbaine d’Athènes avec son excellent premier album CONGO.

TEXTE, STYLE, PHOTOS SHOES UP Team

« Niggas ain’t ready for the Greek Gods » (« Les mecs ne sont pas prêts pour les dieux grecs. ») Tu as grandi en Grèce, c’est assez atypique pour nous de rencontrer un rappeur issu de ce pays. La scène est-elle prolifique ?
La scène hip-hop à Athènes commence à peine à se développer. C’est vrai que le hip hop est partout à travers le monde mais à Athènes les tendances arrivent souvent avec un peu de retard. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes écoutent du hip-hop et ça s’est bien démocratisé mais c’est encore un peu tôt.

Quand as-tu commencé ?
J’avais environ 15 ans, enfin ce que je faisais n’était pas vraiment sérieux. Mon premier vrai morceau est arrivé lorsque j’avais 21 ans.

Comment as-tu décidé de le faire sérieusement ?
Comme on en écoutait beaucoup, ça s’est fait très naturellement. On a commencé à faire de la musique avec mon coéquipier Valentin Rivera, il s’occupait de la vidéo, moi de la partie musicale donc on a combiné tout ça et puis on a fini par créer le collectif ATH Kids. Nous sommes maintenant 8 dans ce même collectif. On a commencé ça comme un hobbie et on avait un groupe avant ça qui s’appelait SODA. Un jour, avec Valentin, en regardant le film KIDS de Larry Clark, on s’est un peu identifié aux personnages et on s’est dit que nous pouvions être les KIDS d’Athènes. Finalement, c’est devenu plus sérieux.

    Kareem Kalokoh
Hoodie Rewind   Jacket Atelier Neutre

Est-ce que le peu de rap grec qu’il y avait était une source d’inspiration ?
Pas vraiment pour être honnête ! Maintenant il y a pas mal de rappeurs en Grèce, par exemple, vous devriez écouter Majin Cost, il est dans notre groupe. Complex Shadow est aussi très bon. Les deux rappent en anglais. Sinon si vous avez envie de découvrir des artistes qui rappent en grec, vous pouvez écouter SNIK ou Light, ils sont très célèbres.

Pourquoi ne rappes-tu pas en grec d’ailleurs ?
Quand j’ai commencé, j’ai essayé mais c’était vraiment trop bizarre, je ne pouvais pas. J’ai grandi en écoutant du rap américain et quand je rappais en grec, ça sonnait mal à l’oreille. D’ailleurs, mes amis m’ont dit de laisser tomber et que j’étais bien plus à l’aise en anglais. (rires) C’est ce que j’ai fait du coup !

Le premier EP du collectif était en 2015, il s’intitulait ATH2090’s. Quel était votre état d’esprit quand vous l’avez sorti ?
Mon premier but était de montrer une perspective différente d’Athènes car la plupart du temps, ce que l’on voit à Athènes est vraiment à l’opposé de ce que l’on fait. Nous voulions montrer le côté grunge et l’aspect très urbain que l’on peut vraiment y trouver.

 

Kareem Kalokoh
Sunglasses Vuarnet    Crewneck Stone Island

Peut-on considérer que la forte crise qui a touché la Grèce a eu un rôle déterminant dans le développement de la culture et de l’aspect créatif ?
Oui, je pense que cela a joué un grand rôle. Après la crise, les gens ont entrepris de faire les choses plus par eux mêmes. Ils voulaient être plus créatifs. Que ce soit dans la mode, la musique, la photographie, ça nous a donné une sorte d’étincelle. Je ne saurais l’expliquer mais c’est un fait.

La Grèce est aussi touchée par un mouvement raciste assez flagrant. En 2013, le rappeur Pavlos Fyssas a même été tué par un membre du parti politique d’extrême droite, l’Aube Dorée. Comment vis-tu cette situation ?
Comment sais-tu ça ? Tu as fait des recherches approfondies ! C’est clair que ce qui s’est passé craint à mort. J’ai moi même fait face au racisme du primaire jusqu’au lycée mais je ne l’ai pas laissé m’atteindre. Si je reste focalisé là-dessus, je ne risque pas de faire grand chose. Le racisme existe partout mais j’essaye de ne pas lui donner trop d’importance.

Si on aborde un sujet un peu plus léger, il paraît que tu écoutes du rap français. Peux-tu nous dire qui ?
J’écoute Kaaris ! Je n’en écoute pas énormément mais il y en a quelques-uns que j’aime bien. Booba est bon aussi.

Pourrais-tu envisager de travailler avec des rappeurs français ?
Oui carrément. Je ne comprends pas ce qu’ils disent mais j’aime les mélodies et les flow sont fous.

 

Kareem Kalokoh
Raincoat Weekday   Crewneck Stone Island   Shoes Converse All Star

Peux-tu nous parler de ton premier album Congo ?
Je voulais représenter mes origines. À la base, je suis originaire de Sierra Leone mais Congo est un nom fort. J’avais envie d’utiliser un nom concis et fort et le premier qui m’est venu à l’esprit était Congo. C’est une sorte d’hommage et c’est puissant, tout comme les sons que l’on trouve dans l’album.

Comment ton album a t-il été reçu en Grèce ?
Bien et je commence à avoir un public. Depuis 2017, ça ne cesse de grimper. On arrive même à faire des dates de concert sold out maintenant. La culture n’arrête pas d’évoluer et la jeunesse est très ouverte d’esprit, c’est ce que j’aime.

Vous produisez-vous beaucoup sur scène ?
Pas énormément car on aime faire des scènes un peu exclusives et quand on les fait, on essaye de faire des grosses scènes et de les faire bien.

Qui écoutes-tu en ce moment ?
J’écoute un peu toute la nouvelle vague d’artistes hip-hop comme Lil Uzi Vert, Rich The Kid, Lil Yachty. J’écoute beaucoup de Kanye West à l’ancienne, tout ce que Drake fait aussi. Il est une grande source d’inspiration.

Certains te comparent à Cousin Stizz…
Ah oui Cousin Stizz, je l’écoute beaucoup ! Je ne sais pas si on peut vraiment me comparer à lui mais c’est flatteur.

Un feat de rêve ?
Kanye, sans hésiter.

Tu as dit « Kanye à l’ancienne », tu n’as pas aimé The life of Pablo ?
Oui, Kanye à l’ancienne. (rires) C’est tellement cliché. The life of Pablo était bon mais tu sais quoi ? Je n’ai pas envie de passer pour quelqu’un de trop fermé d’esprit mais je n’aime pas trop son nouveau public, tous fous des yeezy etc, tu vois ce que je veux dire ?

Complètement ! Quels sont tes projets à venir ?
Je pense que je vais sortir quelques singles et un nouveau clip le mois prochain. Je veux continuer à faire vivre Congo. Je bosse sur d’autres nouvelles choses, mais ce sera certainement plus pour la fin de l’année.

Kareem Kalokoh
Cap You Must Create   Jacket North Hill Paris   Pants Stone Island   Sneakers Nike Air Force 1

Tu as beaucoup de style et tu as l’air assez pointu concernant la mode.
Oui j’aime beaucoup la mode. Je ne porte pas d’affection particulière aux marques mais j’adore fouiller, et je cherche souvent des pièces originales mais je ne m’intéresse pas spécialement aux grands créateurs par exemple.

Est-ce que tu as une marque grecque à nous faire connaître ?
Oui il y en a une et je pense que c’est la meilleure. Elle s’appelle Forever Classic Apparel Co. Ils font vraiment de tout et tout est créé à Athènes. C’est une marque très prometteuse.

Et toi, ça t’intéresserait de fonder une marque ?
Peut-être pas tout de suite mais on a sorti une collaboration avec Pressure Paris. Il y a trois pièces, un hoodie, un sweat et un tee, inspirées des années 2000.

T’intéresses-tu aux sneakers ?
Bien évidemment. Je ne sais pas combien j’ai de paires mais je porte beaucoup les mêmes modèles. Genre la Air Force One basse et blanche, j’en achète une par mois. C’est vraiment mes sneakers. Je kifferais en faire une avec Nike, je me rappelle de moi gamin en train de dessiner des sneakers, c’est un truc que j’aimerais beaucoup faire.

 

Vous lisez :

Une collaboration singulière GmbH x Helly Hansen

Partagez sur :

mode

Posté par Mélodie Raymond - 14 mars 2018

Une collaboration singulière GmbH x Helly Hansen

Le label berlinois en pleine expansion GmbH s’associe à la marque technique Helly Hansen. De cette union naissent deux pièces graphiques, d’une construction étonnante pour un style délicieusement rétro.

Les designers allemands et norvégiens basés à Berlin, Serhat Isik et Benjamin Alexander Huseby, continuent de faire évoluer leur marque haut de gamme GmbH. Née en 2016, la marque qui flirte entre luxe et urbain a notamment été nominée pour le très reconnu prix LVMH, dont le prix sera décerné cet été. Dévoilée au coeur de la ligne spring/summer 2018 : une série d’anoraks fonctionnels ont été réalisés en collaboration avec Helly Hansen. Les trois vestes sont proposées dans deux combinaisons de coleurs : le beige, le noir et blanc pour une, le bleu, le blanc et le gris pour l’autre. Avec une forme directement inspirés du streetwear 80’s (on pense notamment au col oversize et au empiècements color block), cette silhouette nostalgique se veut finalement, on ne peut plus moderne.

La collaboration sera bientôt disponible sur certains retailers comme Dover Street Market ou Ssense.